HISTORIQUE

Introduction :

Présentée au salon de Genève 1998, sous la forme d'un concept-car nommé "20Coeur" (prononcez "Vainqueur"), le public fut immédiatement séduit par ce petit cabriolet. Peugeot a décidé donc de produire la déclinaison cabriolet de sa citadine, en partenariat avec l'équipementier Heuliez qui a fourni le toit escamotable.

À son lancement en Décembre 2000, la 206 CC connait un succès fulgurant et il faudra patienter jusqu'à 6 mois pour en avoir une! Elle devient rapidement un best-seller à travers le monde, devenant même le modèle de la marque Peugeot le vendu en Australie, et le cabriolet le plus vendu en Europe. Il s'en ait écoulé environ 500 000 exemplaire dans le monde entier.

Son succès réside dans une silhouette élégante qui ne laisse pas indifférent, surtout lorsque le toit électrique est en mouvement, et également dans le concept CC (Coupé + Cabriolet) novateur, en le rendant accessible à tous. Bien que ce soit Mercedes-Benz, en 1995, avec son roadster SLK qui ait rationnalisé le concept CC; c'est grâce au designer Georges Paulin (designer Peugeot) qui en est l'inventeur et au carrossier Marcel Pourtout qui l'a réalisé, que Peugeot fut le premier constructeur à avoir commercialisé ce système, avec le cabriolet Peugeot 401 Éclipse en ... 1935 !

Conception :

Dès 1992, Heuliez a travaillé sur le principe du toit rigide escamotable, testé par Peugeot sur ce prototype 106 Spider :

Prototype Heuliez 106 Spider - Vue globale
Prototype Heuliez 106 Spider - Face avant Prototype Heuliez 106 Spider - Face arrière

Prototype Heuliez 106 Spider - Côté gauche
On remarque que ce prototype n'était pas vraiment un cabriolet mais plutôt une version targa. Grâce à ce prototype Heuliez a pu développer les mécanismes du toit escamotable de la 206 CC. Il faudra attendre 8 années, afin que cet ingénieux système soit mis en production et commercialisé.

Prototype Heuliez 106 Spider - Châssis

Avec la sortie de la 206 berline en 1998, les designers Peugeot se sont penchés sur la version cabriolet qui allait suivre afin de diversifier la gamme. Comme le montre les dessins suivants, la volonté d'un cabriolet à toit escamotable s'est imposé comme une évidence.

Dessin 206 CC Dessin 206 CC Dessin 206 CC Dessin 206 CC Dessin 206 CC Dessin 206 CC

Renforts habitacle 206 cc La 206 CC est lourdement renforcée, en effet, elle reçoit pas moins de 50 kgs de renforts ! D'ailleurs Peugeot affirmait à l'époque que la 206 CC était 1/3 plus rigide que la 306 cabriolet.
Le pare-brise est renforcé par 2 gros tubes qui vont jusqu'au plancher, et sont reliés entre eux par une traverse de renfort située sous le tableau de bord.

Au dos des sièges arrières, 2 traverses solidifient l'arrière du châssis. Renforts châssis 206 cc Le châssis reçoit 4 barres de renforts (2 avants et 2 arrières), placées en diagonale du châssis en reliant donc les bas de caisses (eux aussi renforcés) aux trains avant et arrière.

Et pour compléter le tout, elle est équipée d'amortisseurs à gaz sur le train avant pour de le rendre plus rigide et réactif, tandis que le train arrière reçoit des amortisseurs à huile à tarage renforcé, afin de mieux encaisser le poids supplémentaire.

Malgré tous ces renforts, il est recommandé de mettre une barre anti-rapprochement pour améliorer encore la rigidité du châssis, car l'encadrement du pare-brise peut se mettre à vibrer et à émettre des bruits désagréables lors d'un passage sur un dos d'âne ou des routes pavés.

Airbags et ceintures de sécurités 206 cc L'aspect sécurité n'a évidement pas été oublié, la 206 CC se pare de 4 airbags (2 frontaux + 2 latéraux) de série. Complétés par des ceintures de sécurités 3 points à prétensionneurs pyrotechniques.

Malheuresement, les arceaux de sécurités arrières sont fictifs, ils sont en plastiques et ne se déploient donc pas en cas de retournement du véhicule.

Le toit est en 2 parties et l'opération de retoitage/détoitage prends environ 20 secondes, le tout est assuré par une pompe hydraulique qui actionne 2 vérins.

Détails du toit escamotable 206 cc Pour décapoter la voiture, il faut:

1. Tirer le filet dans le coffre qui divise le coffre en 2 parties (une partie pour les bagages et l'autre pour le toit.
2. Déverrouiller les 2 sécurités situés à droite et à gauche sur les montants intérieurs du pare-brise.
3. Et enfin actionner le bouton situé entre les 2 sièges avants pour transformer votre coupé en cabriolet.

L'ensemble toit + mécanisme complet pèse 70 kgs, ce qui porte le surpoids totale de la 206 CC, par rapport à la 206 berline, à 120 kgs (tous les renforts + mécanisme complet du toit escamotable). Ce qui reste largement acceptable.

Fabrication :

Atelier Heuliez 206 CC Il aura fallu moins de 2 ans, de la présentation du concept-car à la commercialisation en série.

Un vrai exploit quand on sait qu'il a fallu conserver la carrosserie de la citadine 206, et un rythme de production élevé.

Heuliez, qui possède les brevets du convertible, a participé à la conception et au développement de la 206 CC, ainsi qu'a sa fabrication en ayant produit, assemblé et peint dans son usine de Cerizay (département des Deux-Sèvres): le toit, le coffre, l'encadrement de pare-brise, et les sous ensembles spécifiques de châssis et carrosserie (le tout se nomme "cassette").

Ensuite, Heuliez livrait le tout à l'usine de Peugeot de Mulhouse, où ont été produite toutes les 206 CC.

Équipe Heuliez
La plate-forme de la 206 est momentanément extraite de la ligne d'assemblage, où elle se présente alors sous la forme d'un châssis nu, sans carrosserie, afin de recevoir, sur une ligne parallèle, les éléments de carrosserie spécifiques à la 206 CC.

Une fois que ceux-ci ont été monté, la coque réintègre la ligne de montage afin de recevoir sa mécanique, ses trains roulants et son habillage intérieur, au rythme de production de la 206 berline, ce qui est important pour diminuer les coûts de productions.

Dates et chiffres clés :

Au final, la 206 CC a été produite 8 ans et 369 600 exemplaires sont sortis des chaînes de montages.